La guerre de 1870-1871

Nous commémorons cette année le 150e anniversaire de la guerre de 1870, « L’année terrible » selon les mots de Victor Hugo. Celle-ci éclate à la fin du mois de juillet 1870 entre la France, d’une part, et, d’autre part, la Prusse et ses alliés allemands. La candidature d’un prince Hohenzollern au trône d’Espagne provoque en effet une grave crise diplomatique entre le régime de Napoléon III et la Prusse de Guillaume Ier. Le 13 juillet, Bismarck rend publique la réponse du roi à l’ambassadeur de France, la « dépêche d’Ems ». Conscient de la supériorité de son armée, et désireux d’achever l’unification de l’Allemagne, le ministre-président présente volontairement cette dernière de façon à provoquer la France. Le 19 juillet, Paris déclare la guerre.

Le souvenir de cet affrontement s’est un peu effacé de la mémoire collective française. Les traumatismes des deux conflits mondiaux expliquent probablement ce relatif oubli de la guerre de 1870. Pourtant, celle-ci a marqué les contemporains, notamment parce qu’elle a entraîné la chute du Second Empire, la proclamation de la République, le siège puis la Commune de Paris, l’occupation allemande et l’annexion de trois départements français.

Cette infographie revient sur les grandes phases de ce conflit.

Pour aller plus loin :

  • Boniface X., « De la défaite militaire de 1870-1871 à la nation armée de 1914 », dans Drévillon H., Wieviorka O., Histoire militaire de la France, t. 2, Paris, Perrin, 2018 ;
  • Duclert V., 1870. La République imaginée, Paris, Belin, 2014 ;
  • Gouttman A., La grande défaite, 1870-1871, Paris, Perrin, 2015 ;
  • Milza P., L’année terrible. La guerre franco-prussienne septembre 1870-janvier 1871, Paris, Perrin, 2009 ;
  • Morris William O’Connor, Moltke, a biographical and critical study, London, Ward and Downey, 1894 ;
  • Roth F., La guerre de 70, Paris, Fayard, 1990.

Pour compléter notre infographie, nous vous proposons cette carte recensant les principaux affrontements de la guerre de 1870. Pour chaque événement, vous trouverez un lien vers des ressources correspondantes sur Gallica et vers les articles wikipédia.

Recherches et conception : Jérémie Halais – 2020 – LaContempo.fr

7 commentaires

  1. Que peut-on savoir de plus précis sur les faits suivants, qui indiquent une volonté expansionniste de la France de Napoléon III :
    Pour prix de sa neutralité dans la guerre austro-prussienne, Napoléon III a exigé de la Prusse, le 05 juillet 1866, soit deux jours après la victoire prussienne de Sadowa (Königgrätz), la cession du bassin de la Sarre, du Palatinat, de la Hesse rhénane, de Mayence, de Germersheim, de Landau ainsi que de certaines parties de la Belgique.

    Napoléon III avait en 1867 tenté d’annexer le Grand-Duché de Luxembourg (Großherzogtum Luxemburg), alors membre de la Confédération germanique ((der Deutsche Bund). Suite à son échec dû entre autres au chancelier prussien Otto von Bismarck, Napoléon III cherchait un prétexte pour déclarer la guerre à la Prusse, avec comme objectif de profiter d’une rapide victoire pour annexer la Rhénanie, province rhénane (preußische Rheinprovinz) de la Prusse, comme l’avait fait son oncle ; c’est pourquoi il se laissa si aisément « provoquer » par la « dépêche d’Ems ». Mais la guerre se déroula tout autrement que prévu, l’Angleterre et le Danemark restant neutres, alors que la Bavière, les duchés de Bade et de Wurtemberg s’alliaient à la Fédération de l’Allemagne du Nord (Norddeutscher Bund) dirigée par la Prusse. La France avait en effet exigé par ultimatum l’annexion du Palatinat (Pfalz) (à l’époque bavarois), et de parties de la Sarre (Saarland), alors prussienne sous le nom de Lorraine Prussienne (Preußisch Lothringen).

    La France dénonçant l’« expansionnisme allemand » venait pourtant en 1860 d’annexer Nice et la Savoie…

  2. Je conseille volontiers la visite du musée départemental de Gravelotte, tout proche de Metz. Le circuit est bien fait, avec des points audio, et restitue bien les aspects et conséquences de cette guerre qui a divisé l’est de la France en deux, ainsi que les familles.

  3. Il serait bien d’évoquer le chemin de l’armé venant du sud dite aussi pour certain L’armée de l’Est que le général français Bourbaki commanda en 1870.Conduite par le général Charles Denis Soter Bourbaki, cette armée avait pour mission d’attaquer les troupes allemandes qui s’étaient emparées de Belfort.
    Siège commémorer par la statut du lion de Belfort de Frédéric Auguste Bartholdi.
    Il eu une résonance du côté de la frontière Suisse

    Voici quelques liens
    https://fr.wiktionary.org/wiki/arm%C3%A9e_de_Bourbaki
    https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2019/09/l-armee-bourbaki/
    Les Bourbaki – Château de Jouxwww.chateaudejoux.com › upload › documents_pdf
    https://histoire.redcross.ch/evenements/evenement/linternement-en-suisse-des-soldats-francais-de-larmee-de-bourbaki.html
    traverse | Le « pays des Bourbaki » : une passion mémorielle …

Répondre à Jeremie Halais Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s